Blog

Pierrette MORIN

Voici une des jeunette de l'EHPAD Mme MORIN Pierrette, 78 ans

Pierrette morin

C'est une personne adorable qui s'est retrouvée à l'EHPAD suite à un AVC et parce que c'etait trop dangereux qu'elle reste seule.

Originaire de Charente de la commune de Montjean plus particulierement Pierrette est toujours restée dans le coin.

Elle a été factrice, aide ménagere, couturiere .... On ne peut pas dire qu'elle ait été inactive !! D'ailleurs elle est encore plein de dynamisme et d'energie. 

Elle a un peu voyagé tout de meme pendant les vacances mais jamais à l'etranger elle aimerait bien que des gens d'autre pays lui donnent des nouvelles.

Pierrette m'a confié une anedocte assez amusante :

Son instituteur a été aussi l'instituteur de ses enfants et maintenant il est dans le meme EHPAD qu'elle !!!

 

 

 

 

Lire la suite

Gérard BRIGOT

Aujourd'hui je vais vous presenter M Gérard BRIGOT.

M brigot

Résident de la maison de retraite de Villefagnan M BRIGOT a toujours vécu dans le coin de Aigre. Ses parents habitaient à Bessé. Son pere etait agriculteur et sa maman etait institutrice.

Gerard a 60 ans c'est le plus jeune pensionnaire de l'EHPAD.

Il est super gentil toujours souriant et avec un regard tres malicieux. Moi je l'aime bien vraiment.

Il m'a dit qu'il n'a jamais voyagé je pense que c'est par rapport a son handicap, en tout cas ça ne l'empeche en rien d'etre plein de vie et de bonne humeur.

Il aime bien ces petits groupe de paroles et je sais qu'il attend avec impatience que des internautes lui posent des questions pour pouvoir y repondre.

 

 

Lire la suite

Raymonde ROGER

" Bonjour Madame pouvez-vous vous présenter ?

- Je m'appelle Raymonde ROGER et je viens de Noisy le Grand en région parisienne.

- d'accord et comment se fait il que vous soyez à Villefagnan en Charente ?

- Je venais passer des vacances chez ma nièce et j'ai eu une crise. On a du me faire rentrer à l’hôpital en urgence et de là ils ont du m’amputer des deux jambes. Apres ma nièce m'a trouver une place à la maison de retraite et ça fait un peu moins d'un an que je suis içi.

- Vous étiez donc dans un environnement de ville avec plus de monde qu’içi ?

- Oui tout à fait de beaucoup même. Du coup je suis venue içi pour connaitre la Charente et finalement je ne pourrai rien voir.

- Vous avez quel age ?Raymonde roger

- J'ai 91 ans 

- Vous ne les faites pas du tout. Je vous en donnerai 10 de moins facilement

- Merci j'essaye de rester jeune au moins dans ma tête.

- Vous avez des enfants ?

- Non mais j'ai une ma nièce que je considère comme ma fille.

- Vous avez eu l'occasion de faire des voyages ?

- En France uniquement mon mari était claustrophobe donc on ne prenait ni l'avion ni le bateau.

- D'accord et vous avez été visité quoi en France ?

- J'ai visité le Var car mon frère avait une maison et on allé y passer un mois pendant nos congés payes. Et en hiver on allait en Suisse chez un ami qui avait un chalet. Ah oui c'est vrai du coup j'ai été à l’étranger. Mais c'est parce que l'on pouvait s'y rendre en voiture. J'ai aussi visité la cote Normande et Bretonne. On avait une caravane c’était la liberté alors dés qu'on a été à la retraite on en profité pour visiter. Il y a deux ans je suis allé en Dordogne avec mes neveux.

- Est ce que ça vous fait plaisir ces réunions que l'on fait.

- AH oui c'est bien, ça nous permet d’échanger et d’être tous ensemble *

(* Les entretiens se font en petit groupe selon la volonté des résidents de l'EHPAD du clos des tours.)

- On se revoit alors ?

- AH oui avec plaisir.

- Moi aussi ça me fait plaisir j'aime beaucoup bavarder avec vous.

- La prochaine fois on parle de l'école et de vos souvenirs d'école et des questions que vous auront posés les internautes ?

- D'accord.

- Est ce que je peux vous appeler par votre prénom ?

- Oui au contraire ça me ferait plaisir.

- Merci de faire partie du projet Raymonde et je vous dit à dans 15 jours.

- Au revoir Laetitia."

 

 

 

 

 

 

Lire la suite

RENCONTRE AVEC LA PRESSE

Je vous avez dit que j'avais une surprise à vous apprendre : et bien voila je peux vous le dire aujourd'hui nous avons rencontré la presse locale. Le journaliste M DARRYGRAND a réalisé un reportage pour la Nouvelle République sur l'association dans les locaux du foyer logement de MELLE pendant lequel étaient présents :

Mme TRILLAUD Anita animatrice du foyer logement de Melle,

Mme BABIN l'animatrice de l’hôpital de Melle,

M Yohan MARCEAU président de l'association 

Laetitia POULTER secrétaire de l'association. 

Nous avons ainsi pu affirmer notre volonté de réaliser un projet commun  en faveur des personnes âgées autour de l’aménagement du jardin et du blog qui va nous permettre de faire le lien entre les établissements.

 

Je vous tiens au courant des que l'article paraîtra.

Et puis on espère que ce premier article nous permettra de faire connaitre la cagnotte pour que ce beau projet continue de grandir.

Je vous redonne le lien car il faut continuer à partager au maximum 

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-jardin-des-memoires

RENCONTRE A VILLEFAGNAN

Vue exterieure

Hier j'ai rencontré les résidents de l'EPHAD de Villefagnan ( en Charente prés de l'association).

Nous avons échangé sur la mise en place du projet blog. J'avais préparé un diaporama qui a été suivi avec attention par tous.

Le projet qui consiste donc à venir à leur rencontre, dialoguer, raconter leurs souvenirs leur plaît beaucoup.

Ça m'a tout de même rassurée car j'avais passé un week-end bien stressant à préparer cette rencontre qui était déterminante pour notre projet. En effet nous ne savions pas comment les seniors allaient accepter ce projet. Est ce que ça allait leur plaire ? Est ce qu'ils auront envie de parler d’eux-mêmes ? Le coté informatique du projet les intéressera ou leur fera peur ?

C'est donc plein de doute et d'incertitudes que je me rendais à mon rendez vous.

 

Quand je suis arrivée Céline l'animatrice m'attendait et je l'ai suivi vers le séjour ou une vingtaine de personnes étaient en train de m'attendre avec impatience devant l’écran blanc du rétroprojecteur.

 

Bon plus le temps de se stresser, on branche l'ordinateur au rétroprojecteur et c'est parti pour le moment de vérité …

 

Les inquiétudes ont été quand à l'ordinateur qu'ils ne connaissent pas et qu'ils ne possèdent pas non plus d'ailleurs.

 

Mais je les ai rassurés ce n'est pas grave je vais m'occuper de la partie informatique et si eux le souhaitent je leur montrerai comment faire.

Alors eux aussi ont été rassurés et m'ont dit « alors oui on est d'accord pour discuter et puis on a plein de choses à dire et à raconter ».

 

Une dame très dynamique au regard malicieux nous a confié comment petite fille elle passait en douce des mots au nez des officiers Allemands pendant la seconde guerre mondial en les cachant dans les plis de ses sous vêtements. Il fallait en avoir du courage tout de mime pour faire ça.

Quand je pense qu'aujourd'hui on a peur que les enfants aillent tout seul chercher le pain !!!!! Et que elle petite fille se faisait messager de la résistance.

 

Nous avons dors et déjà convenu de commencer les reportages Vendredi.

 

Je suis très contente car j'ai maintenant la preuve que ce projet intéresse nos seniors et qu'ils ont envie de nous suivre.

Groupe 1

 

 

 

Mobilisons nous

Je voulais vous parler d'un projet de l'association qui me touche tout particulièrement il s'agit d'un projet qui concerne les personnes âgées qui sont isolées et seules chez elles. Oui vous savez ces grands parents qui vivent loin et que personne ne va voir ( a part l’infirmière peut être quand ils sont malades ou l’auxiliaire de vie à qui on demande de s'occuper d'eux en moins d'une heure) et bien nous on voudrait que ces personnes sortent de leur isolement. COMMENT ???

Et bien voilà l'idée dans les grandes lignes (pour les détails je vous mets le projet complet) on veut aller à leur rencontre à leurs domiciles et faire des reportages sur elles dont on vous fera profiter dans un blog. Vous pouvez d'ailleurs voir le début du projet sur la page d'accueil du site.

Je suis sure que ces personnes on encore beaucoup de choses à nous apprendre et que leurs vies sera passionnantes.

Ce qui nous manque aujourd'hui c'est les moyens financiers pour y arriver.

AUCUNE SOMME N'EST RIDICULE VOUS POUVEZ NOUS AIDER MEME AVEC QUELQUES EUROS

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-jardin-des-memoires

 

DEJA 15 JOURS

DEJA 15 JOURS sans que je vous parle de moi ! Mais comme le temps a du vous sembler longs mes amis humains !!!

Ne m'en voulez pas mais c'est que j'ai eu beaucoup de choses à faire et à mettre en place.

Déjà on a visité l’école de Chef Boutonne ou on va faire les animations pour les enfants en Septembre.

Voici la photo.

Ecole chef

Puis on a rencontré plein de gens pour l'association :

L’hôpital de Melle avec qui on va mettre en place un super projet pour que les résidents aient un magnifique cadre de vie.

Recherche de fonds

DEMANDE DE SUBVENTIONprojet-jardin-de-l-espoir-association-espoir-nature.pdf (1.38 Mo)

 

Nous lançons un appel à financement pour notre projet d’aménagement du site afin de recevoir des enfants et des personnes âgées pour qu'ils puissent venir échanger et s’éduquer autour du jardin.

Le but est de récolter 1000 € pour l'association afin d'acheter un chalet et du matériel de jardinage.

 

Nous avons mis en place un appel de fond sur un site participatif. Nous vous partagerons le lien prochainement.

 

Nous serions également heureux de participation en matériel ou même que vous veniez bénévolement pour nous aider à mettre en place le projet.Apres tout le but de ce lieu est  avant tout de vous accueillir. 

Alors n’hésitez pas venez nombreux 

Une bonne journee de chien !!!

Cette semaine c'est bulles et cotillons dans l'association !!!!!!!!!!!!!!!

Déjà on vient d'apprendre officiellement que nous étions choisi pour animer les Temps Accueil Péri-scolaire ( plus connus sous le nom TAP)

Ce qui veut donc dire une rentrée régulière d'argent sur le compte de l'association !

Donc la déjà avec mes maîtres c'est double ration de croquettes et eau fraîche à volonté.....

En plus on a fait la connaissance d'une super personne c'est Mme Anita TRILLAUD qui est l'animatrice du foyer logement de Melle. On a des supers projets ensemble pour animer et embellir le lieu de vie des résidents de la maison de retraite. Les résidents doivent venir nous voir sur le site de l'association pour définir le projet

 

ET la cerise sur la moelle dans l'os l'association est officiellement organisme de formation professionnelles.

Comme d'habitude mes canards : affaire à suivre je vous tiens au jus …

Juin au jardin, tous les conseils

 

Résultat de recherche d'images pour "mois de juin"

 

L’été arrive et le jardin connaît l’une des plus belles périodes de l’année.

Les fleurs se parent de leurs plus beaux attraits, les arbustes sont en pleine croissance, les fruitiers laissent présager la qualité de la récolte à venir alors que le potager vous offre déjà de beaux légumes.

Semis, plantation, désherbage et traitement des fruitiers, beaucoup de travaux de jardinage sont à réaliser en juin.

 

 

 

Fleurs en juin :

Il est encore temps de planter les annuelles qui fleuriront cet été et cet automne.

  • On peut semer les annuelles qui fleurissent l’été

  • mais aussi les annuelles qui fleurissent à l’automne

Supprimez les fleurs fanées des autres plantes au fur et à mesure afin de stimuler l’apparition de nouvelles fleurs.

En cas de forte chaleur et s’il ne pleut pas, arrosez régulièrement en privilégiant un arrosage le soir pour éviter une évaporation trop immédiate.

Pour les plantes achetées en pot ou en conteneur, il est encore temps de les planter à condition d’arroser régulièrement car leurs besoins sont plus importants.

Enfin, coupez court le feuillage de vos fleurs à bulbes lorsqu’ils ont jauni. Il est en effet préférable d’attendre ce moment afin qu’ils aient le temps de contitnuer leurs réserves pour l’année suivante.

Arbres et arbustes en juin :

En ce qui concerne la taille des arbre et arbustes, c’est le bon moment pour certains :

  • Les arbustes qui ont fleuris au printemps peuvent être taillés, c’est même la meilleure période.
  • C’est également le moment de tailler vos buis, si cela n’a pas encore été fait.

Arrosage et engrais des arbres et arbustes :

En ce qui concerne les arbustes qui fleurissent l’été, préparez la floraison à venir en arrosant régulièrement et, éventuellement en apportant un engrais pour arbustes.

Si vous cultivez vos buis en pot, n’hésitez pas à les arroser le soir s’il fait chaud et qu’il ne pleut pas car les buis ont besoin d’eau.

Enfin apportez de l’engrais à vos plantes de terre de bruyère, notamment à vos hortensias qui auront, grâce à cela, une magnifique floraison.

Conifères en juin :

Si les conifères ne réclament pas beaucoup d’entretien, une engrais spécial conifères leur permettra de lutter efficacement contre les maladies et d’avoir une très belle ramure.

Rosiers en juin :

C’est l’une des périodes les plus actives d’invasion de pucerons.

Afin d’avoir une floraison encore plus spectaculaire et durable, vous pouvez apporter un engrais rosier.

En cas de chaleur et s’il ne pleut pas, arrosez le pied des rosiers sans arroser le feuillage pour éviter de favoriser l’appariton de maladies cryptogmiques.

  • Enfin, supprimez les fleurs fanées au fur et à mesure afin de stimuler l’apparition de nouvelles roses.

C’est aussi la saison des bananes alors récupérez les pelures pour les mettre au pied de vos rosiers, ils vous remercieront en vous donnant de jolies fleurs.

Fruitiers en juin :

Il n’y a pas grand chose à faire sur vos arbres fruitiers, sauf à les inspecter régulièrement pour vérifier qu’ils ne sont pas malades.
Pour les cerisiers, protégez vos cerises grâce à un filet de protection.

Concernant la vigne, continuez à traiter à la bouillie bordelaise tous les 15 jours afin d’éviter l’apparition du mildiou. Vous n’arrêterez le traitement qu’un mois environ avant la récolte du raisin.

Potager en juin :

Semis en place :

Le mois de juin offre la possibilité de semer directement en place et en terre.

On retrouve ainsi la betterave, les carottes, la chicorée, le concombre, la courgette, les haricots, la laitue, les navets, la pastèque, le persil, les poireaux, les pois, et les radis.

Ces légumes, que l’on peut également semer avant le mois de juin, auront l’avantage, en étant semé maintenant, d’offrir une récolte assez tardive.

Plantation au potager :

C’est aussi le moment de mettre en terre vos légumes d’été et d’automne comme les aubergines, le concombre et cornichons,, les courgettes, les poivrons les poireaux d’automne, les tomates et les courges

Pour les légumes qui ont déjà été semés et commencent à produire, il faut entretenir en désherbage régulier.

Prenez soin aussi d’arroser dès que le sol est sec tout en évitant, comme pour les rosiers, de mouiller le feuillage.

Côté plantes aromatiques et condimentaires :

Vous pouvez cultiver toutes les plantes aromatiques et condimentaires, y compris basilic et coriandre

Pelouse, gazon en juin :

Si votre pelouse commence à jaunir, il est intuile de l’arroser. L’arrosage des pelouses consomme en effet beaucoup d’eau et chacun sait que notre planète en manque cruellement.

Sachez que dès la première pluie, elle reverdira !

Vous pouvez néanmoins apporter un engrais gazon afin de le fortifier et de le rendre encore plus vert et plus beau.

 

CRECHE DE NOEL 2015

 Voici la creche réalisée pour Noel 2015

Et si on récupérait l'eau de pluie ?

L’eau est un élément précieux qui se fait de plus en plus rare sur notre planète. La consommation d’eau par l’homme ne cesse d’augmenter, alors que les ressources disponibles restent identiques, voire en danger de dégradation.
Il est donc primordial de préserver l’eau douce, synonyme de vie, qui ne représente que 3% de l’ensemble des réserves d’eau disponibles sur terre.

 

 

Pourquoi récupérer de l'eau de pluie ?

45% de l’eau de pluie que nous utilisons ne nécessite pas d’être potable. L’eau de pluie récupérée est douce. Ce geste écologique permet de réduire les consommations. Et également de faire des économies ! En effet, un jardinier possédant une surface cultivée de 200 m² et utilisant uniquement l’eau de pluie pour arroser, fera une économie de près de 200€ par an.
Le récupérateur d’eau peut récupérer jusqu’à 80 à 90% de l’eau qui tombe sur le toit. En cas de gros orage, il peut aussi faire office de rétenteur d’eau pour limiter les inondations.

Qualité de l’eau de pluie

Les eaux pluviales présentent une faible minéralisation et un pH légèrement acide. Cependant, les fleurs et les légumes apprécient lorsque l’eau présente une certaine acidité, et n’en seront que plus beaux !
En revanche, si vous habitez dans les zones côtières, sachez que le sel marin est retrouvé dans les eaux pluviales, ce que les plantes apprécient moins.

Pour quelles utilisations ?

Vous pouvez utiliser l’eau récupérée pour différentes tâches, que ce soit à la maison ou au jardin. Ainsi, l’eau de pluie peut servir pour l’arrosage de votre jardin, pour laver la voiture, remplir une piscine ou encore pour des usages domestiques tels que la machine à laver ou les toilettes.
Vos besoins en eau varieront selon votre utilisation. Par exemple, vous aurez besoin à chaque fois de :
- 190 litres d’eau pour laver votre voiture
- 17 litres/m² pour arroser votre jardin
- 120 litres d’eau pour faire fonctionner votre machine à laver
- 11 litres d’eau pour vos WC.

Il  existe une grande variété de récupérateur d’eau, avec des litrages différents selon vos besoins.
Ainsi, pour votre jardin, une cuve extérieure suffira. Les contenances peuvent varier de 200 à 2000 litres selon le modèle.
Pour les usages domestiques, vous pouvez opter pour une cuve à très gros litrage, en général, enterrée. Ces cuve peuvent contenir jusqu’à 10 000 litres, et sont munies d’une pompe qui permet d’amener l’eau jusque dans votre maison.

D’une façon générale, l’eau de pluie récupérée servira pour tous les usages qui ne nécessitent pas d’eau potable.

Comment récupérer l’eau de pluie ?

Le récupérateur d’eau de pluie permet de stocker les eaux pluviales. La capacité d’un récupérateur peut aller de 200 à 10000 litres selon les modèles. La pluie qui tombe sur le toit de la maison est canalisée par les gouttières, qui sont directement reliées à la cuve grâce à un collecteur d’eau.

ASTUCE : Préférez l’utilisation de gouttière en PVC, en zinc ou en faïence. Les toits en ardoise ou en tuiles permettent de récupérer une eau plus pure que les revêtements en aluminium, en goudron, et en matériaux synthétiques. N’oubliez pas de placer une grille de protection sur vos gouttières afin d’éviter l’introduction de feuilles ou d’insectes dans les descentes reliées au récupérateur. Enfin, pensez à nettoyer les gouttières deux fois par an.

Quantité récupérée et besoin en eau de pluie

Selon votre région, vous pouvez récupérer en moyenne 600 litres d’eau de pluie par m² de toiture chaque année. Même en été, vous pouvez récupérer jusqu’à 40 litres d’eau par m² de toiture.
Il est très facile de calculer le volume d’eau que vous pouvez récupérer. Il suffit de multiplier la surface au sol de votre maison par la pluviosité (en mètre). Retranchez 10% du résultat obtenu, qui symboliseront les pertes dues à l’évaporation.
Par exemple, si votre maison fait 100 m² et qu’il tombe environ 0.75m dans votre région chaque année, vous pourrez récupérer 67.5 m3 d’eau : 100 x 0.75 = 75 m3 - 10% =67.5 m3.
Même si le principe de la récupération d’eau est simple, il est utile de faire un diagnostic de vos besoins et des possibilités qu’offre votre habitat avant de vous lancer dans l’installation d’un tel système. Ainsi, vos besoins peuvent être définis grâce au tableau suivant :
Pour arroser un jardin ou potager de moins de 50m² : 150 à 500 litres
Pour arroser un jardin ou potager de moins de 100m² : 500 à 1500 litres
Pour arroser le jardin et laver la voiture : 1500 à 3000 litres
Pour arroser le jardin, laver la voiture et remplir un bassin : 3000 à 5000 litres
Pour arroser le jardin et pour les usages domestiques : 6000 à 9000 litres

Prévoyez également l’installation d’un trop plein au cas où votre cuve soit pleine. La plupart des cuves en sont munies, ce qui permet alors de relier le trop plein au réseau d’eaux pluviales. Enfin, de nombreux collecteurs sont munis d’un système de trop plein, ou alors, d’un interrupteur manuel pour empêcher le remplissage de la cuve.

Récupérateur d'eau rectangulaire vert 300L, Garantia

Installation du récupérateur d’eau

La mise en place et le montage d’un récupérateur d’eau sont faciles et rapides.
Il faut bien évidemment placer votre récupérateur à proximité d’une descente.
Vous pouvez installer la descente de gouttière directement dans un tonneau, une grande bassine ou alors une cuve. Mais afin de prolonger la durabilité de votre cuve et de ses accessoires, il est fortement conseillé de :
- utiliser un collecteur de gouttière, qui va se placer directement au sein de la gouttière. Certains sont équipés de filtre pour empêcher les salissures, feuilles, brindilles ou insectes de tomber dans la cuve. L’eau ainsi obtenue sera propre et claire, et vous éviterez la formation de vase qui altérerait la qualité de votre eau. Si le collecteur n’a pas de filtre, placez des grilles sur vos gouttières qui auront le même effet.
- installer un trop plein qui permettra de refouler l’eau dans le réseau d’eau pluviale si la cuve venait à être pleine.
- couvrir la cuve permet d’éviter la formation d’algues et la prolifération de micro-organismes ou insectes. Votre eau sera ainsi beaucoup plus propre.

Il existe différents modèles de récupérateurs d’eau, avec des capacités pouvant atteindre jusqu’à 10000 litres pour les plus gros. La plupart des récupérateurs d’eau se stockent à l’extérieur en hors sol. En général, ils sont assez esthétiques. Cependant, rien ne vous empêche d’installer votre récupérateur à l’intérieur de votre maison, dans votre sous-sol ou votre cave. D’autres récupérateurs, plus grands et plus volumineux, sont enterrés dans le sol. Il existe également de grands récupérateurs d’eau hors sol munis d’éléments décoratifs afin de les camoufler.

Installez votre récupérateur sur une surface plane et solide, à l’abri des arbres pour éviter d’avoir des feuilles dans le réservoir. Pour les cuves enterrées, renseignez-vous sur la nature du sol avant de l’installer. Il est essentiel de bien stabiliser la cuve dans le sol.

Entretien et hivernage

En hiver, pensez à vider les réservoirs d’eau qui se trouvent à l’extérieur et, si possible, entreposez-les à l’abri. En effet, le froid et le gel pourraient les endommager. Les cuves enterrées ou mises en cave peuvent être utilisées toute l’année.

Pompe pour collecteur d'eau de pluie 4000/2 Gardena

Avant d'aménager un système de récupération d’eau de pluie

1- Assurez-vous que votre toit est adapté à la récupération des eaux pluviales (pente du toit, nature de la couverture, surface…)
2- Limitez l’accès des débris végétaux qui iront dans votre cuve d'eau de pluie en installant des grilles de protection sur vos gouttières.
3- Prévoyez un trop plein de sortie pour éviter les débordements de la cuve et de la gouttière.
4- Préférez l’emploi d’un collecteur d’eau muni d’un filtre dans vos descentes de gouttières. En effet, les impuretés seront rejetées dans le réseau d’eaux pluviales, alors que l’eau filtrée ira dans votre cuve. Assurez-vous que ce filtre empêche également le passage des boues et sédiments.
5- Choisissez un réservoir avec une capacité volumique appropriée en fonction de votre région et des estimations de vos besoins.
6- Installez des clapets au niveau des conduits en entrée et en sortie de votre réservoir, pour éviter le passage des insectes.
7- Préférez une cuve munie d’un couvercle, afin de la fermer hermétiquement pour éviter le développement d’insectes, de vase et la protéger de la lumière et des débris.
8- Choisissez un système de pompe à eau pour distribuer l'eau à l’intérieur ou à l'extérieur du foyer.

COLÈRE ET HONTE !!!

Non mais franchement ils ont déraillés ou quoi ?? Ils ont du me confondre avec un caniche pour me déguiser comme ça !!!!

 

Non mais sérieusement,

 

Surtout ne partagez pas ça sur facebook ils sont capables de recommencer.

Et ma réputation à moi là dedans j'en fais quoi ?!!!!

 

Jaja au sky

 

Jaja noel

Les débuts de l'association

C'est l'année dernière que j'ai soufflé l'idée de créer une association à mes maîtres (oui faut bien que je les aide des fois!)

On s'est posés calmement et on s'est dit qu'on avait envie de faire quelque chose à notre petit niveau pour agir pour la planète et puis aussi pour les humains et les animaux.

On a contacté la DIRECTTE ou on nous a bien expliqué que les budgets étaient serrés mais que pour une entreprise d'insertion il devrait pouvoir débloqué un peu de budget. Alors ma maîtresse à longtemps taper sur son ordinateur et le maître lui à compter. On s'est pas mal creuser les neurones un truc à vous rendre chat quoi !

Puis au bouts de quelques mois on a réussi à sortir un dossier bien ficelé avec tout un tas de mots et de tableaux avec des chiffres ( bon là j'avoue moi ça me dépasse un peu je suis plus dans le concret moi)

Bon j'aime mieux vous dire qu'ils sont passés par des moments de stress mais heureusement pour eux j’étais toujours là pour faire le clown et pour les faire rires dans les moments de doute.

20151006 105205

L'association était née, le projet défini on allait mettre en place un projet d'insertion en horticulture en vente et en télémarketing , selon les prévisions ça correspondait à créer 5 contrats de travail les deux premières années.

Il nous manquait plus qu'à trouver l'endroit.

 

 

Lire la suite

Consommer selon ses besoins

Consommer selon ses besoins

Acheter des produits peu transformés et emballés
Il faut néanmoins privilégier les produits en vrac, en conditionnement économique, afin de réduire les emballages, et les produits locaux, afin de modérer les émissions de gaz à effet de serre liées aux transports.
Par ailleurs, les produits ayant subi diverses transformations (céréales soufflées, riz précuit...) représentent aussi généralement des transports et des dépenses énergétiques supplémentaires (passage par les sites de mise en valeur agroalimentaire) : plus le produit acheté est proche du produit brut, plus il est écologique et, souvent, nutritif ; car les produits raffinés perdent souvent de leurs qualités (comme les farines blanches, qui contiennent moins de fibres, de minéraux et de protéines que les farines complètes).

Acheter à la coupe ou en vrac
Faire ses courses sans s'encombrer des emballages et en ne prenant que la juste quantité, c'est possible : il suffit d'acheter à la coupe, au détail ou en vrac... ça peut également être une bonne façon de faire des économies sur de nombreux produits. En effet, contrairement aux idées reçues, les produits à la coupe sont souvent moins chers que les produits déjà emballés.
De plus, cela permet de réduire nos déchets d'emballages !

Pour les achats de charcuterie, boucherie, crèmerie, poissonnerie... Vous pouvez commencer par les rayons qui servent à la coupe ou au détail.
Pour les fruits, légumes, légumes secs, céréales... Préférez les produits en vrac
Acheter au fur et à mesure
En moyenne, 26% de notre nourriture finit à la poubelle, n'achetez pas en quantité importante si vous n'êtes pas vraiment sûr(e) de pouvoir finir. Les fruits et les légumes, même dans le réfrigérateur perdent vite leurs vitamines et se flétrissent (MEDD, 2004).

L'eau en bouteille n'est pas indispensable
L'eau courante en France est souvent d’excellente qualité, bien que depuis quelques temps une polémique enfle sur la présence d'aluminium en quantité trop importante. Boire l'eau du robinet permet d'épargner à notre environnement les bouteilles en plastique. Si vous achetez de l'eau, réutilisez les bouteilles, ou achetez-en de plus grandes (comme celles de 2 ou 5 litres).
Si l'eau fournie par votre commune vous semble douteuse et/ou a un goût de chlore prononcé, vous pouvez opter pour une carafe filtrante ou un filtre adaptable au robinet de votre évier. A base de charbon actif, ces filtres sont une source de pollution bien inférieure aux bouteilles en P.E.T et améliorent sensiblement la qualité de l'eau.
Notons enfin qu'il faut sept litres d'eau pour fabriquer une bouteille en plastique...
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/ecologie/eco-citoyen/eco_alimentation.php

Pourquoi faut il proteger l'environnement ?

On parle de plus en plus de protection de l'environnement. En quoi sommes-nous concernés ? Quel impact cela a-t-il sur notre quotidien ? 

Protéger l'environnement, c'est préserver la survie et l'avenir de l'humanité. En effet, l'environnement est notre source de nourriture et d'eau potable. L'air est notre source d'oxygène. Le climat permet notre survie. Et la biodiversité est un réservoir potentiel de médicaments. Préserver l'environnement est donc une question de survie.

Lire la suite

Il pleut il pleut bergère

« En avril, ne te découvre pas d’un fil ; En mai fais ce qu’il te plait ». Cette année, le début du dicton s’avère exact alors que la deuxième partie (en mai fais ce qu’il te plait) est remisée à plus tard. La terre gorgée d’eau fait parfois  pourrir les graines et notamment les haricots qui attendent la fin du mois de mai pour être semés «  Qui sème ses haricots à la saint Didier, les récolte par poignées »  ce dicton est toujours valable mais rien ne vous empêche de protéger vos graines sous abri. Il en est de même pour les tomates, poivrons, aubergines, concombres, melons,  courgettes…la culture sous abris est inévitable pour hâter les récoltes. Sous serre, tunnel ou châssis, les  plantes sont protégées des intempéries, poussent plus rapidement et sont nettement moins malades.

Sécher la terre
Lorsqu’il pleut presque tous les jours, il est difficile de travailler la terre du potager et des massifs de fleurs. Résultat les herbes indésirables en profite pour étouffer les cultures. Profitez d’une éclaircie pour griffer entre les rayons, la terre remuée sur 1 à 2 cm détruit les plantules en moins d’une heure au soleil. Si vous envisagez un semis, attendez le lendemain pour semer vos graines.  Dans une terre fraiche, semez à la volée les radis et la salade sans enterrer les graines. Jetez simplement une poignée de terreau par-dessus.  
Bon à savoir 
Creusez une tranchée suffit pour assainir  partiellement une parcelle de terre. Pendant les périodes pluvieuses, il se remplit d’eau et draine le terrain. Si le terrain reste gorgé d’eau, creusez une fosse perdue plus profonde et remplissez-la de graviers, galets, tuiles concassées… pour capter l’eau excessive sur une courte durée. Une découpe de gazon autour des massifs et allées a le même effet.  

Multiplier vos plantes sous la pluie
Grace à l’humidité, les boutures sont plus faciles à réaliser. Un gourmand de tomate planté directement en terre est capable de s’enraciner en moins d’une semaine. Coupez des jeunes pousses (sans fleur) de lavandes, hortensias, géraniums, fuchsias, surfinias,  bidens que vous piquez en terre avec un peu de terreau, ils reprennent en moins de 10 jours maintenues à l’étouffé pendant tout ce temps.  Cette technique est valable après la casse accidentelle d’une jardinière de fleurs.   

Est-il trop tard pour planter ces pommes de terre ? 
Les pommes de terre peuvent se planter jusqu’en juillet à condition qu’il s’agisse de plant de l’année précédente. En attendant la plantation, étendez vos plants de pommes de terre à la lumière pour que les germes se développent sans trop s’allonger (ne les laissez pas en sac). Si les germes sont longs plus de 10 cm, coupez-les à 5 cm du tubercule pour qu’ils se ramifient et soient plus solides. A la plantation, posez délicatement les pommes de terre au fond du sillon sans casser les germes.

 Que faire après un orage de grêle ? 
Les feuilles hachées, les fruits picotés, les fleurs cisaillées… ne laissez pas en état vos plantes, coupez les rameaux ou tiges endommagées, elles repartiront sur de nouvelles bases. Un rosier remontant taillé en vert fleurit ou refleurit un mois plus tard. Il est de même pour la plupart des arbustes à floraison estivale. 

 

Le blog de Jaya

Coucou,

moi c'est Jaya je suis les yeux et les oreilles de l'association. Je crois même que - en toute modestie - on peut considérer que je suis la pierre angulaire de cette association sur la nature et le jardin d'ailleurs j'aide souvent mes maitres à creuser des trous dans des endroits dont ils n'avaient pas encore imaginé le potentiel !

Oui je crois qu'on peut dire qu'en quelque sorte je suis l'inspiratrice  !...

Enfin bon je ne voudrai pas me vanter mais une chose est sure :

Je vois tout ce qui se passe moi et en tant que Berger Allemand j'entends tout aussi et je vais tout vous raconter de mon point de vue

 

Jaya 1

Lire la suite

Les insectes pollinisateurs

Les insectes pollinisateurs
nous en mettent plein la vue

Connaissez-vous le point commun entre le cacaotier et la tomate, le cerisier et la courge, le caféier et le pommier ? Leurs précieux fruits et légumes ne tiennent qu’à la fascinante rencontre entre leurs fleurs et des insectes. Partons à la rencontre de ces pollinisateurs !

 

Insecte 2                  Insectes 3

Beaucoup d’indifférence, un soupçon de crainte et du dégoût. C’est ce que les insectes nous inspirent trop souvent. Il y a bien quelques exceptions, comme les papillons colorés qui déroulent leurs trompes au cœur des fleurs. Mais globalement, les insectes sont peu appréciés alors qu’ils sont indispensables au bon fonctionnement des écosystèmes et à notre bien-être. Laissons de côté nos préjugés et découvrons des insectes dont le labeur quotidien nous apporte beaucoup. Par une belle journée ensoleillée, n’avez-vous jamais contemplé le ballet incessant d’insectes volant de fleur en fleur ? Ils papillonnent, ils bourdonnent, ils s’activent… Mais que font-ils ?

Attirés par la forme, la couleur, l’odeur des fleurs, ces insectes sont à la recherche de nourriture, pour eux ou pour leur progéniture : ils viennent prélever le nectar ou le pollen. En volant de fleur en fleur, ces insectes nous rendent gracieusement un service vital. Ils transportent involontairement le pollen d’une fleur jusqu’à une autre fleur et assurent ainsi la pollinisation de nombreux végétaux. Lorsqu’un grain de pollen est déposé sur le pistil d’une fleur de la même espèce, cela permet la fécondation d’un ovule puis la formation d’un fruit contenant des graines. Le bilan ? Tomates, cerises, courges, café, pommes, mais aussi carottes et oignons, autrement dit de quoi remplir nos assiettes.

35 % de ce que nous mangeons dépend de la pollinisation par les insectes

Plus de 80 % des plantes à fleurs (ou angiospermes) dépendent directement de la pollinisation par les insectes. Dans l’agriculture, cela concerne la production de fruits et la production de graines. Au total, environ 35 % de ce que nous mangeons est lié à l’action de ces insectes, y compris des denrées coûteuses comme le cacao, le café et des épices !

Dans le même temps, certaines activités humaines, en particulier l’utilisation excessive de pesticides et la dégradation des milieux naturels, sont responsables d’un déclin de l’abondance et de la diversité des insectes pollinisateurs. À ces causes s’ajoute le réchauffement climatique qui contribue à modifier les conditions de vie des espèces. Par exemple, une floraison plus précoce peut ôter de précieuses ressources alimentaires à des populations d’insectes pollinisateurs qui s’affaiblissent, voire disparaissent. C’est un engrenage puisque la majorité des plantes à fleurs dépendent des insectes pollinisateurs pour leur reproduction : ce qui affecte les pollinisateurs affecte les plantes à fleurs… et inversement. Nos productions agricoles en pâtissent également.

Pour les protéger, il faut mieux les connaître. Qui sont ces insectes qui nous rendent gracieusement un service si précieux ? Comment peut-on agir en leur faveur ?

Lire la suite