Le jardin des mémoires

Vous trouverez içi les reportages réalisés avec les seniors.

Mon permis de conduire

Par Madeleine DUCHESNE

 

J'ai passé mon permis de conduire en cachette avec ma meilleure amie Josette. Nos maris ne voulaient pas qu'on conduise ils disaient que les femmes en étaient incapables; Mais nous on les a pas écouter on a pris des leçons grâce à Josette qui m'avançait l'argent.

Elle l'a eu du premier coup moi du second; ah qu'est ce qu'on était contente on a bien arrosé ça toutes les deux !

Vous vous rendez compte sans elle je n'avais qu'un solex et je faisais comment moi avec mes quatre enfants!

Plus tard on a mis les maris devant le fait accompli mais ils voulaient pas qu'on prennent leurs voitures. Le moniteur nous a donné son automobile et on a pu conduire.

SOUVENIRS DE GUERRE

Par Giséle FRANCOIS

 

Je me souviens que je portais des messages pour les resistants pendant la guerre. Mon village était envahi d'allemands il y en avait partout dans les rues dans les champs. Alors moi je passais du haut de mes dix ans mon petit bouquet de fleurs à la main , l'air de rien et je rejoignais la personne à qui était destiné le message dissimulé dans les plis de ma culotte. C'était dur de passer inapercu avec tous ses allemands qui vous surveiller de partout. Mon pére qui etait couvreur et lui aussi tres engagé dans la resistance faisait passer des messages sur le clocher des églises.

Apres la libération tout le monde s'est rassemblé sur la place du village pour voir defiler le général de Gaulle. D'un coup j'ai entendu qu'on appelait mon nom " Gisele François venez" Je me demandais ce que c'était. Je me retourne vers papa qui me dit vas y c'est toi qu'on appelle avec un petit sourire...

C'est le géneral de Gaulle en personne qui m'a serré la main et m'a remercié d'avoir participer à la resistance.

Lire la suite

Images de Didier DARRIGRAND

Bonjour,

je m'appelle Didier, j'ai 52 ans mais ça ne se voit pas.

Je vis dans le Pays mellois depuis l'âge de 16 ans. J'ai travaillé longtemps dans la radio locale associative D4B, j'ai animé des cours de musique et j'ai aussi travaillé dans des écoles. Aujourd'hui je suis correspondant local pour deux journaux, La Nouvelle République et La Concorde, et je suis photographe. Je suis de très près l'activité culturelle de la ville de Melle et je me balade souvent en Bretagne. J'ai toujours mon appareil photo avec moi.

je vous proposerai régulièrement des photos réalisées à Melle, ou ailleurs, que vous pourrez suivre dans la rubrique "J'vous montre".

2013 12 24 dpierrot darry02 1

Photo de Pierre Delaunay (de Ruffec!)

 

 

Lire la suite

Presentation de SANDRINE DE CALIFORNIE

Français vivant depuis 1998 aux USA, nous vivons maintenant sur la cote centrale californienne dans une ville agricole entre SF et LA, après être passés par le Maryland puis la Floride. Notre fille étudie à Pasadena (LA).

Voici aussi deux videos, la premiere montre la vue depuis la tour du tribunal a Santa Barbara
et la seconde une vue de la cote centrale avec l'arrivee du train qui roule entre Los Angeles et San franciscoSandrine de californie

Lire la suite

Visite à l'hopital de Melle

Ce lundi 8 Aout j'ai eu la chance d'etre accueilie à l'hopital de Melle par 620160808 160622 résidents et l'animatrice Marylene.

J'ai presenté le projet jardin des mémoires qui a été validé immediatement. En plus j'ai de la chance car les residents realisent un journal dans lequel ils ecrivent des articles sur leurs passé, leurs coups de coeur ...etc ET je trouve que ça correspond bien à ce que nous faisons avec le blog. Donc en plus des articles habituels nous allons avoir des articles redigés par les personnes elles meme et ça c'est plutot tres chouette !!!

Nous accueillons donc dans le projet JARDIN DES MEMOIRES :

M Jean Marie MANENT

Mme Suzanne BRY

Mme Paulette BATONNIER

Mme Yvonne CORDIER

Mme Denise VILLANEAU

Mme PIZON Genevieve

 

20160808 160627

Les courses alimentaires

Aujourd'hui c'est facile on va au supermarché et on fait son plein de courses pour la semaine ou le mois et arrivé à la maison on range dans le frigo et le congélateur. Mais quand on a pas l’électricité et donc pas de frigo on fait comment ? C'est ce que vont nous expliquer les lavandières.

Déjà il n'y avait pas de supermarché. Certaines avaient un épicier ambulant qui faisait des tournées toutes les semaines, d'autre allaient voir les commerçants des villages autours. Les principaux commerces étaient l’épicier, le boulanger et le boucher.

Le pain était acheté pour la semaine au moins on ne prenait pas de baguette mais des pains de 2 ou 4 

Le beurre était acheté au laitier mais on n'en mangeait pas tout les jours non plus ça faisait parti des choses chères.

Chez le boucher on prenait la viande qu'on allait mangé le jour même ou le lendemain.

 

A l'époque on se contentait surtout de ce que la ferme produisait et on achetait en petite quantité.

la conservation des aliments

Le 20 Juillet 2016 avec le foyer logement le clos fleuri et le groupe les lavandieres.

 

Nous avons discuté de la conservation des aliments avant les réfrigérateurs

"Comment conserviez vous les aliments comme le beurre dans votre jeunesse lorsque les moyens de conservations n'existaient pas ?

- le beurre on l'acheté au cremier qui passait mais on vendait notre lait à la laiterie. Pendant la guerre oui on a fabriquait le beurre on le barratait mais sinon au quotidien on le prenait au laitier. En plus dans les deux sevres on elevait plus de chevre que de vache.

- Vous en achetiez tous les jours ?

- Non on en prenait une motte de 250 g.  C'était du beurre coté il sentait bon 

- Vous faisiez comment pour le garder ?

- On le mettait au frais dans un sceau dans le puits par exemple et quand on avait pas de puits on le mettait dans une cave , les batiments en pierres permettaient d'avoir de la fraicheur.

- Justement quels types d'aliments conserviez vous ? Aujourd'hui si on ouvre un frigo il y a plein d'aliments dedans qui sans frigo ne pourraient pas etre conservés comme les yaourts par exemple.

- Les yaourts on en avait pas, il y avait du fromage blanc ou on mangeait des compotes.

- Et pour la viande ?

- On la prenait pour le jour meme ou alors on tuait nos volailles ou nos lapins. On ne stockait pas de viande fraiche.

- D'accord et alors quand on tuait le cochon on le conservait comment ?

- Il y avait beaucoup de salaison et les gens sterilisaient beaucoup dans les bocaux; Les rillettes par exemples on les mettait dans des terrines en ceramique avec de la graisse pour les conserver. On faisait aussi secher les saucisses et on conserver beaucoup dans le sel."

 

Les habitudes alimentaires étaient tout simplement plus raisonnée. L'industrie alimentaire n'existait pas ou peu donc la surconsommation que nous connaissons n'existait pas non plus.

 

 

 

La lessive avant l'eau courante

Avant que n'apparaisse l'eau courante des gestes qui nous semblent simples aujourd'hui nécessitaient du temps, du courage et une bonne organisation.

Les points d'eau utilisés pour faire la lessive étaient soit les rivières soit les puits et ceci été comme hiver !

Comme nous l'a souligné une personne du foyer de Melle qui a bien connu ce temps des lavoirs :

" Quand j'ai montré à ma petite fille un lavoir elle ne me croyait pas. Pour elle il était inconcevable qu'on se mettait à genou pendant des heures et qu'on frottait notre linge à même la rivière sur cette pierre.

C'est quelque chose que les jeunes ne s'imaginent pas !"

Genouillon 

Le genouillon était utilisé pour tenter de protéger les genoux des lavandières qui devaient garder la position des heures durant. Il était garni de paille ou de foin.

Merci aux membres

Je suis en train d'écrire les articles et les réponses des résidents de Villefagnan et de Melle ET je me suis dit : Il faut que je fasse un post pour toutes les personnes qui ont pris le temps d'écrire aux seniors.

Vendredi j'avais donc rendez vous avec mes 7 seniors de Villefagnan et j'étais contente car j'avais imprimé le matin vos messages afin de leurs distribuer à chacun. 

On a commencé notre réunion en parlant comme convenu des souvenirs d'école, de l'éducation à leurs époque,.... Mais ça je vous en parlerai en détail dans les billets à suivre.

Puis j'ai distribué les courriers à chacun. (donc vos messages que j'avais imprimé pour chacun)

Là j'ai un peu eu l'impression d’être le père noël (mais avec moins de barbe) Bon Claude a râler car il était vexé de n'avoir eu qu'un message donc il a bougonné un peu mais il était tout de même bien content.

Ils ont presque eu les larmes aux yeux, ils étaient émerveillés par ces messages venus d'endroits si différents : La réunion , Melle , le Burkina Fasso, st pierre et Miquelon, la Rochelle.... des lieux dont certains ne connaissent rien qu'ils n'ont jamais vu.

Des gens qui prenaient le temps de leur écrire à eux alors  deux mots deviennent magiques ! C'était touchant de prendre leurs réponses, leurs questions, et j’espère que vous continuerez à converser avec eux.

Quand le moment fut venir de nous dire à la prochaine fois ( au mois d’Août) ils ont tous demandé s'ils pouvaient garder les lettres. J'ai  souvent offert des cadeaux à mes enfants comme nous tous mais jamais je n'ai vu le bonheur et la reconnaissance que j'ai vu dans les yeux de mes seniors ce jour là en leur remettant simplement ces morceaux de papiers.

Je sais que dans les moments de doute, ou quand j'aurai l'impression que personne ne nous aide et que tout cela ne sert peut être a rien, il me suffira de repensé à ces yeux humides d'émotion pour me dire que si c'est utile. Ça ne révolutionnera pas notre monde mais la somme des petites choses fera une grande oeuvre.

 

Du fond du cœur je voulais vous remercier de contribuer à rendre ce monde plus humain.

 

La résidence de la Garenne

Le 5 Juilet 2016 j'ai eu la chance de rencontrer 18 residents du foyer logement de Melle La residence de la Garenne. N'ayant pas encore les autorisations d'image de tout le monde vous n'aurez pas tout de suite la photo de groupe.

Ces personnes sont toutes originaires d'un milieu rural et viennent majoritairement du secteur de Melle. Tous avaient des parents qui étaient agriculteurs. 

D'ailleurs vous savez à quoi on reconnait un vrai agriculteur ?

Il roule les rrrrrrrrrrrrr

 

Pour notre première rencontre nous avons évoqué les différences de mode de culture entre leurs enfance et maintenant.

Déjà au niveau du matériel c'est simple il n'y avait pas de tracteurs on faisaient les travaux avec des bœufs ou des chevaux.

Résultat de recherche d'images pour "enfant en train de labourer avec cheval"                                       Résultat de recherche d'images pour "travaux labour ancien temps"                             Résultat de recherche d'images pour "travaux labour ancien temps"

Les premiers tracteurs sont apparus bien après la guerre et encore pas pour tous sur 4 fermes une dame me dit qu'il n'y avait que deux tracteurs dans son bourg.

Du coup il y avait beaucoup plus de gens qui travaillaient dans les fermes. Des gens louaient leurs services de ferme en ferme. Ces personnes ne recevaient leurs salaires qu'à la fin des travaux (des fois 6 mois après) ils devaient se contenter de vivre avec ce qu'ils avaient (des volailles, des lapins, leurs potagers).

Dans les fermes plus petites qui n'avaient pas les moyens de payer des gens c'était le couple qui travaillait et les enfants étaient très vite mis a contribution pour aider aux travaux de la ferme. On ne partait pas en vacances l’été les vacances c’était dans les champs pour surveiller les bêtes, tirait les chevaux ou n'importe quel aide dont on avait besoin. On ne demandait pas aux enfants leurs avis.

Souvent les enfants allaient à l'école l'hiver mais l'été ils aidaient aux champs.

En général des l'age de 13 ans (age ou l'on passait le certificat d'étude ) l'école c’était fini il fallait travailler.

 

Une nouvelle rencontre cette apres midi

Juste un petit coucou pour vous dire que cet apres midi je rencontre les pensionnaires du foyer logement de Melle pour leur presenter le projet. Comme à chaque fois c'est le stress. Vont 'ils adherer au projet ? Vont'ils vouloir partager leurs souvenirs ?

Bon normalement ça va bien se passer mais voilà c'est là c'est l'angoisse qui me revient de loin : la peur de parler en publique. Ca passe, des que c'est le moment est venu mais en attendant c'est la boule au ventre.

Allez je vous poste le compte rendu ce soir 

Résultat de recherche d'images pour "le stress"

Gisele Zoé FRANCOIS

Gisele francois est née en 1925 elle vivait dans l'Oise.

Gisele francois

Pendant la seconde guerre elle avait 15 ans. Elle m'a raconté que comme son papa etait couvreur elle montait avec lui en haut des clochers des eglises. C'est elle qui passait des mots aux resistants sous le nez et la barbe des allemands.

Comme elle dit "il y en avait partout c'etait horrible et effrayant."

Elle a vu des personnes innocentes partir dans les wagons de la mort pour les camps de concentration parce que un commercant malveillant les avait denoncer comme etant juifs que ce soit vrai ou non;

Fait etrange pour sa génération ses parents étaient divorcés ce qui a été tres dur à vivre pour elle. Son papa qu'elle aimait tant lui manquait enormement.

Quand je lui ai demandé quel metier elle avait exercé elle m'a dit "c'etait la guerre il fallait travailler dans les champs puis apres papa m'a placé dans une maison ou je m'occupais des enfants et des repas. C'etait bien, pas salissant il fallait toujours etre impecable. J'aimais bien ça la seule contrainte c'est qu'il fallait etre toujours disponible pour les maitres."

a vos plumes pour Gisele.

Lire la suite

Claude PICARD

Claude PICARD a 83 ans il est tres souriant meme si ça se voit pas tout de suite sur la photo.... (bon bah ok je suis pas photographe mais je me soigne lol)

Claude picard 2

Il est originaire de la charente et meme de Villefagnan.

Suite à un malaise il a été hospitalisé à Ruffec d'ou il est ensuite rentré à l'ehpad cela fait un an environ.

Il etait agriculteur avec des terres et des betes. Mais quand il s'est retrouvé seul il a du vendre ses betes "c'est trop de temps trop de travail matin midi et soir, plus de weekend" m'a t'il dit.

De part son metier il n'a pas voyagé ou juste dans les environs

Il aime bien rire et n'a pas hesité à faire le pitre pendant la reunion (c'est bien ça nous a fait rire)

Voila Claude n'attends plus que vos questions.

 

Lire la suite

Suzanne LARDENOIS

Suzanne est la doyenne de notre groupe à Villefagnan, mais je peux vous dire que ça ne se voit pas.

Suzanne lardenois

 

 

 Suzanne a... 97 ans. Elle est originaire de Vendée où ses parents étaient facteurs puis après ils sont allés habiter dans les Ardennes où elle a rencontré son mari Monsieur Lardenois « qui venait de la Meuse, pas des Ardennes » dit-elle en riant. Son mari est aussi mort des suites de la guerre et il y a peu son fils ainé aussi, des suites d'un cancer. Alors elle s'est retrouvée ici à l'Ehpad parce que rester seule, c'est bien trop dangereux. Elle aurait voulu suivre les traces de ses parents et passé le concours des PTT, mais voilà, à cause de cette foutue guerre les concours n'ont pas eu lieu. Suzanne est allée assez souvent en voyages, en France, notamment sur la côte atlantique (Les Sables d'Olonne, la Rochelle...) Suzanne est une dame super mignonne et n'attend que de pouvoir nous raconter plein de souvenirs.

Lire la suite

Madeleine DUCHESNE

Madeleine DUCHESNE

Madeleine duchesne

Madeleine m'avait tout de suite donné une impression de grande sensibilité. Elle a 94 ans (elle est née entre les deux guerres en 1922) elle est originaire des deux Sevres de la commune de Loizé ( pas loin de Chef Boutonne)

Elle avait une ferme dont elle s'est quasiment tout le temps occupée seule.

Elle m'a beaucoup touchée quand elle m'a expliqué que son mari, son grand amour est mort des suites de ses blessures de guerre. Vous imaginez il est mort il y a plus de 70 ans et elle le regrette encore. Je lui ai demandé si elle avait ete remariée elle m'a dit oui car on m'a obligé mais sinon je l'aurai suivi dans la tombe.

elle avait 17 ans et je peux vous dire qu'il y a encore des sanglots dans sa voix quand elle parle de lui.

 

 

 

Lire la suite

Pierrette MORIN

Voici une des jeunette de l'EHPAD Mme MORIN Pierrette, 78 ans

Pierrette morin

C'est une personne adorable qui s'est retrouvée à l'EHPAD suite à un AVC et parce que c'etait trop dangereux qu'elle reste seule.

Originaire de Charente de la commune de Montjean plus particulierement Pierrette est toujours restée dans le coin.

Elle a été factrice, aide ménagere, couturiere .... On ne peut pas dire qu'elle ait été inactive !! D'ailleurs elle est encore plein de dynamisme et d'energie. 

Elle a un peu voyagé tout de meme pendant les vacances mais jamais à l'etranger elle aimerait bien que des gens d'autre pays lui donnent des nouvelles.

Pierrette m'a confié une anedocte assez amusante :

Son instituteur a été aussi l'instituteur de ses enfants et maintenant il est dans le meme EHPAD qu'elle !!!

 

 

 

 

Lire la suite

Gérard BRIGOT

Aujourd'hui je vais vous presenter M Gérard BRIGOT.

M brigot

Résident de la maison de retraite de Villefagnan M BRIGOT a toujours vécu dans le coin de Aigre. Ses parents habitaient à Bessé. Son pere etait agriculteur et sa maman etait institutrice.

Gerard a 60 ans c'est le plus jeune pensionnaire de l'EHPAD.

Il est super gentil toujours souriant et avec un regard tres malicieux. Moi je l'aime bien vraiment.

Il m'a dit qu'il n'a jamais voyagé je pense que c'est par rapport a son handicap, en tout cas ça ne l'empeche en rien d'etre plein de vie et de bonne humeur.

Il aime bien ces petits groupe de paroles et je sais qu'il attend avec impatience que des internautes lui posent des questions pour pouvoir y repondre.

 

 

Lire la suite

Raymonde ROGER

" Bonjour Madame pouvez-vous vous présenter ?

- Je m'appelle Raymonde ROGER et je viens de Noisy le Grand en région parisienne.

- d'accord et comment se fait il que vous soyez à Villefagnan en Charente ?

- Je venais passer des vacances chez ma nièce et j'ai eu une crise. On a du me faire rentrer à l’hôpital en urgence et de là ils ont du m’amputer des deux jambes. Apres ma nièce m'a trouver une place à la maison de retraite et ça fait un peu moins d'un an que je suis içi.

- Vous étiez donc dans un environnement de ville avec plus de monde qu’içi ?

- Oui tout à fait de beaucoup même. Du coup je suis venue içi pour connaitre la Charente et finalement je ne pourrai rien voir.

- Vous avez quel age ?Raymonde roger

- J'ai 91 ans 

- Vous ne les faites pas du tout. Je vous en donnerai 10 de moins facilement

- Merci j'essaye de rester jeune au moins dans ma tête.

- Vous avez des enfants ?

- Non mais j'ai une ma nièce que je considère comme ma fille.

- Vous avez eu l'occasion de faire des voyages ?

- En France uniquement mon mari était claustrophobe donc on ne prenait ni l'avion ni le bateau.

- D'accord et vous avez été visité quoi en France ?

- J'ai visité le Var car mon frère avait une maison et on allé y passer un mois pendant nos congés payes. Et en hiver on allait en Suisse chez un ami qui avait un chalet. Ah oui c'est vrai du coup j'ai été à l’étranger. Mais c'est parce que l'on pouvait s'y rendre en voiture. J'ai aussi visité la cote Normande et Bretonne. On avait une caravane c’était la liberté alors dés qu'on a été à la retraite on en profité pour visiter. Il y a deux ans je suis allé en Dordogne avec mes neveux.

- Est ce que ça vous fait plaisir ces réunions que l'on fait.

- AH oui c'est bien, ça nous permet d’échanger et d’être tous ensemble *

(* Les entretiens se font en petit groupe selon la volonté des résidents de l'EHPAD du clos des tours.)

- On se revoit alors ?

- AH oui avec plaisir.

- Moi aussi ça me fait plaisir j'aime beaucoup bavarder avec vous.

- La prochaine fois on parle de l'école et de vos souvenirs d'école et des questions que vous auront posés les internautes ?

- D'accord.

- Est ce que je peux vous appeler par votre prénom ?

- Oui au contraire ça me ferait plaisir.

- Merci de faire partie du projet Raymonde et je vous dit à dans 15 jours.

- Au revoir Laetitia."

 

 

 

 

 

 

Lire la suite