Gisele Zoé FRANCOIS

Gisele francois est née en 1925 elle vivait dans l'Oise.

Gisele francois

Pendant la seconde guerre elle avait 15 ans. Elle m'a raconté que comme son papa etait couvreur elle montait avec lui en haut des clochers des eglises. C'est elle qui passait des mots aux resistants sous le nez et la barbe des allemands.

Comme elle dit "il y en avait partout c'etait horrible et effrayant."

Elle a vu des personnes innocentes partir dans les wagons de la mort pour les camps de concentration parce que un commercant malveillant les avait denoncer comme etant juifs que ce soit vrai ou non;

Fait etrange pour sa génération ses parents étaient divorcés ce qui a été tres dur à vivre pour elle. Son papa qu'elle aimait tant lui manquait enormement.

Quand je lui ai demandé quel metier elle avait exercé elle m'a dit "c'etait la guerre il fallait travailler dans les champs puis apres papa m'a placé dans une maison ou je m'occupais des enfants et des repas. C'etait bien, pas salissant il fallait toujours etre impecable. J'aimais bien ça la seule contrainte c'est qu'il fallait etre toujours disponible pour les maitres."

a vos plumes pour Gisele.

15/07/2016 gisele

Gisele evoque avec nous ses souvenirs d'enfance.

 

Moi j'ai eté à l'ecole jusqu'à ce que maman quitte papa d'un seul coup. Je n'ai jamais compris pourquoi et je pense que je ne comprendrai jamais. Mais en tout cas on a changé de ville et la premiere chose que maman a fait ça a été de me faire quitter l'école et de me mettre à travailler dans les champs.

C'était dur ! c'était dur !  obligé de se pencher toute la journée pour butter les betteraves. J'avais mal au dos vous savez.

J'ai vraiment souffert de ce divorce l'absence de mon pere c'etait horrible.

Les sous que je gagnais c'était pour elle uniquement d'ailleurs elle a pas été contente quand je me suis mariée elle n'allait plus toucher les sous.

 

 

Commentaires (6)

Gounadia
  • 1. Gounadia | 30/07/2016

Bonjour Zoé,
Je pense que ma lettre vous est parvenue tard, j'imagine après votre entretien avec Laetitia. Pas grave, je vous réitère mon salut cordial.
Gounadia

lotus5910
  • 2. lotus5910 | 29/07/2016

bonjour gisèle

je viens de vous lire , quelle jeunesse vous avez eut !! si jeune et être dans les champs , je comprends au vous ayez eut mal au dos, et maintenant vous devez le sentir !!!!
quelle mère aviez vous pour ne pas vouloir votre bonheur et ne penser qu'au profit !!
des fois ma maman de 87 ans me raconte aussi ses souvenirs , elle aussi a eut une enfance triste elle a perdu sa maman a 35 ans !!!

vous avez eut beaucoup de courage vous me direz que vous aviez pas le choix à l'époque

je vous adresse toute mon amitié

luciecali
  • 3. luciecali | 18/07/2016

Bonjour Gisele merci de votre reponse et vous pouvez voir mes photos sur mon blog, sardinedecalifornie.weebly.com

espoirnature
  • 4. espoirnature (site web) | 18/07/2016

Bonjour Sandrine,

Oui effectivement la guerre c’était vraiment très dur. On mangeait un peu mieux à la campagne c'est sur mais on se faisait aussi beaucoup voler la nourriture par ceux qui n'en avait pas.
J'aimerai bien que vous m'envoyez des photos de vous et de la ou vous vivez s'il vous plait.
Bonne journée

Gounadia
  • 5. Gounadia | 18/07/2016

Bonsoir Gisèle,
Juste un coucou et vous dire que vous fait preuve de courage, parce qu'à 15 ans ce n'est pas évident. En plus les atrocités de la guère marque psychologiquement sur les esprits vulnérables d'enfants que vous étiez. Malheureusement ces absurdités que sont les guères, les attentats et toutes les formes de violences auxquelles sont victimes des milliers de gens chaque jours ne font qu'augmenter en nombre et en atrocité. Vous devez être déçue et peinez n'est - ce pas de voir qu'après l'expérience horrible des deux guères, le monde connaisse tant de violences gratuites et de guères?
Gounadia

luciecali
  • 6. luciecali | 05/07/2016

Bonjour Gisele,

je m'appelle Sandrine et je vis a l'etranger, mais je suis francaise. Je suis originaire de la Reunion. Bravo pour votre courage pendant la guerre.
A La Reunion mes grands parents n'ont pas vu beaucoup d'allemands car l'ile était trop loin. Heureusement!

Mes autres grands parents m'ont raconté qu'à la fin de la guerre ils en avaient assez de manger des rutabags. Mais ils habitaient à Paris. Est ce que vous viez assez à manger dans la campagne?

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau