PHOTOS DE MELLE

S bry 50916

Discussion melle 6

Discussion melle 5

Discussion melle 4

Discussion melle 3

Discussion hop melle2

Discussion hop melle 1

Les photos ci dessus ont été prises par le photographe Didier DARRIGRAND qui nous a fait la joie de venir partager notre discussion le 5 Septembre 2016. Je vous invite à decouvrir son travail sur son site internet

Lors de cette discussion nous avons échangé sur les souvenirs d'enfance et notamment sur la rentrée scolaire : c'était d'actualité. 

En avant gout de la retranscription totale de la conversation je vous poste un article collegiale ecrit à l'hopital de Melle sur l'école d'autrefois. Je vous invite également à lire l'article que nous a écrit Suzanne BRY sur ses souvenirs d'école. Un article plein de poésie et toujours la plume magnifique de Suzanne.

Causerie sur l'école d'autrefois

Ils se rendaient tous à l"école (située en ville ou en campagne) à pied. La plus éloignée était située à 3 km environ.

La rentrée restait un jour important : c'était celui des retrouvailles avec les copines et les copains et quelquefois un peu moins heureuses avec un instituteur ou une institutrice très sévère, voir "méchant", car ils gardaient le meme instituteur plusieus années de suite, le temps du primaire. Les écoliers se mettaient tous en rangs, deux par deux, devant leur classe. Les garçons etaient en short, les filles en jupe, tous avec des galoches aux pieds et revetus d'une blouse ou d'un sarrau. La mixité semblait plus fréquente en campagne qu'en ville. Tous s'installaient en silence au double pupitre qui lui était attribué pour l'année. Ce dernier était rempli de livres et des cahiers nécessaires et possédait deux encriers en porcelaine situé à la droite de chaque place.

Ecole d autrefois
Photo R. Doisneau

Les écoliers entamaient la journée par la leçon de morale (qui donnait de "bons conseils" pour respecter son prochain), puis s'enchainaient les séances de lecture, dictées, instruction civique, calcul, sciences, rédaction, histoire, géographie... Ils apprenaient meme le chant, la couture et parfois faisaient un peu de gymnastique dans la cours. La récréation était la bienvenue. Ils jouaient à chat perché, colin maillard, au palet, à cache-cache, faisaient des rondes, tiraient sur les billes des copains pour les récuperer à l'aide des "boulets" des "marbres" ou encore des "agathes".

Certains rentraient chez eux pour déjeuner. D'autres emmenaient les casse croute, fait de pain et de rillette, jambon ou fromage. Si il n'était pas fini à midi, il servait d'appoint sur le chemin du retour, avant le gouter. La journée n'était pas finie pour autant, il fallait faire les devoirs ( la lecture, les pages d'écriture, apprendre la récitation, résoudre les problémes...).

Tous ces efforts étaient récompensés à la fin de l'année par la remise d'un "prix", généralement un ou plusieurs livers (suivant le mérite). Pour les plus grands, la scolarité se terminait généralement par le certificat d'étude, qu'ils allaient passer dans le lycée de la grande ville voisine. C'était une journée importante, car l'obtention de ce diplome conditionnait l'avenir.

Mais tout ne se passait pas tout seul. L'année était quelquefois ponctuée de punitions qui restent pour certain marquées à jamais (gifles,coups de régles sur les doigts ou les oreilles, mise à la porte, au coin ...) c'était l'humiliation ! Quelquefois il fallait recopier 100 fois un moit, une phrase, un comportement à ne pas recommencer. Surtout ce n'était pas la peine de se plaindre en rentrant car les enfants s'entendaient dire : "Si tu l'as eu, c'est que tu le meritais !!" Et tous de conclure que heureusement ces méthodes ont évolué!

.Punition ecole

Tous s'accordent à dire qu'à cette époque, l'instituteur était la personne qui souvent dans un village détenait le savoir. Il était respecté. Personne ne bronchait !

Tous se souviennent encore de lui.

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau